Connexion à votre espace personnel
 

Le Vêtement dans la littérature

La CASDEN vous propose autour de la thématique du vêtement dans la littérature, une sélection d’ouvrages de la littérature française téléchargeables gratuitement, assortis de leur fiche de lecture.

Ce dossier s’intéresse à la représentation du vêtement (Clin d’œil N°1) dans la littérature. En tant que mode de communication non verbale, celui-ci participe à la mise en scène qu’un individu fait de lui-même.

1.1.     Le vêtement et la mode au fil des âges

Au-delà de la nécessité de se vêtir, l’homme s’est peu à peu soucié de son apparence et a alors succombé au phénomène de la mode vestimentaire, tendance dans la manière de se vêtir conformément au goût d’une époque et dans une région donnée.

1.1.1.     Dans la préhistoire

Dès sa naissance, l’être humain vit dans la nudité. Mais, la protection contre les intempéries et le ménagement de sa pudeur le conduit peu à peu à inventer le vêtement. Au paléolithique, l’homo sapiens, grand chasseur porte un habit en peau de bête (cuir ou fourrure), agrémenté de parures d’ivoire, d’or, de coquillages ou d’ambre. Au néolithique, avec la découverte du tissage des fibres végétales (lin) ou des fibres animales (poils, laine) et de la couture avec des aiguilles en os, les pièces tissées, assemblées et cousues remplacent progressivement la peau et la fourrure. A l’âge de bronze (2000 à 1000 avant notre ère), les hommes portent une robe en laine, ceinturée à la taille et tombant jusqu’aux genoux, un manteau jeté sur l’épaule, un bonnet cylindrique ou une calotte de laine. Si, au début de l’humanité, le vêtement n’est que fonctionnel, très vite il se personnalise pour marquer la tribu, la famille, le sexe et le pouvoir. 

 

 

 

 PDF  2,6 Mo
Télécharger la fiche complète

 

 

1.1.1.     Dans l’Antiquité

En Egypte, sous l’ancien et le moyen empire, les hommes portent un pagne de lin (la shenti), drapé autour des reins et maintenu par une ceinture. Vers 1580 avant notre ère, ils portent une tunique de lin (la calasiris) et un manteau (le sindon), se rasent la tête et portent des perruques (pour les plus aisés) ou des bonnets de feutres (chez le peuple).  

Dans la Grèce classique, les hommes et les femmes portent une tunique (l’exomide), faite dans diverses matières (laine, lin, coton ou soie), de couleurs très vives, drapée et fixée par une agrafe sur l’épaule. Au milieu du VI° avant notre ère, les Ioniens introduisent le chiton (ou khiton), large tunique en lin ou en laine, de couleur brune, à taille unique, cousu sur un côté et agrafé sur l’épaule par une fibule. Sur ce vêtement, les Grecs portent le péplos, rectangle de tissu drapé et aussi retenu sur les épaules par des fibules. Hommes et femmes portent un manteau, l’himation, composé d’un rectangle d’étoffe drapée ou bien la chlamyde, sorte de manteau drapé et attaché par une fibule, formant une capuche à l’arrière de la tête. Ils portent tous des sandales.

A Rome, les hommes portent : le pagne de lin (le subligalicum), deux tuniques superposées (la subucula et la tunica exterior), la toge (toge prétexte ou toge virile selon les cérémonies) 

ou la caracalla (toge courte). Les femmes portent le pagne, une toge (la stola) et le strophium (l’ancêtre du soutien-gorge).

Avant la domination romaine, les hommes de toutes les tribus gauloises portent à peu près le même habillement : des braies, pantalon adapté à la forme et aux mouvements du corps ; une tunique, chemise à manches tombant jusqu’au milieu des cuisses ; la saie, blouse portée par-dessus les braies et la tunique, avec ou sans manches, percée d’une ouverture pour passer la tête ; d’épais lainages ; des gallicae, souliers fermés en cuir et à fortes semelles en bois. Quant à l’habillement féminin, il se compose de deux éléments : la tunique, large et plissée, sans manches ou avec manches longues et étroites, ceinte au-dessus des hanches et descendant jusqu’aux pieds ; le manteau qui s’agrafe sur l’épaule. Sous la domination romaine, les gaulois les plus riches adoptent l’habit (Clin d’œil N°1) de leurs vainqueurs, mais le peuple garde l’usage des braies et de la tunique.

 

1.1.1.     Au Moyen Age

Au début du Moyen Age, pendant la période romane, hommes et femmes adoptent le chainse, longue tunique de lin aux manches étroites et resserrées. En dessous, ils portent une tunique plus courte, le bliaud, aux longues manches. Le manteau complète la tenue. Les hommes portent des braies et des chausses (Clin d’œil N°2). La ceinture est utilisée pour attacher l’aumônière qui contient argent et menus objets, car les vêtements de l’époque ne possèdent pas de poches. Les vêtements féminins sont très longs et traînent au sol.

Au XIII°, l’apparence extérieure prend beaucoup d’importance. Elle devient peu à peu signe d’appartenance sociale, mais aussi de vanité et de plaisir. Les femmes les plus riches portent la robe justaucorps ou cotte et un long surtout, espèce de fourreau, appelé surcot. Leurs coiffes sont le chaperon, le béguin ou le voile. Les hommes portent les braies, les chausses, une robe ou cotte, appelée la gonne, sur laquelle ils mettent aussi un ample surcot, garni d’un capuchon ou chaperon. Leurs chaussures ont des pointes longues et effilées, les poulaines ou pointes polonaises. Les manches des surcots masculins ou féminins sont élargies, fendues ou supprimées selon la mode. Le luxe des bourgeois égale celui des nobles : l’or et les pierreries étincellent avec profusion sur les habits et les tissus sont somptueux (hermine, soieries, etc.). En 1294, Philippe le Bel institue des lois somptuaires pour réprimer l’extravagance des costumes, empêcher la bourgeoisie urbaine qui s’enrichit alors de faire concurrence aux nobles et protéger l’industrie française des influences étrangères.

Au milieu du XIV°, s’opère une différentiation importante entre le costume (Voir Clin d’œil N°1) féminin qui reste long et flottant et le costume masculin qui devient court et ajusté. C’est ainsi que la longueur du vêtement met en avant la différenciation sexuelle. C’est à cette époque que l’on a coutume de dater les premiers phénomènes de mode : la Cour montre la mode. La mode masculine incarne, de façon plus directe et plus ostensible que celle de la femme, la nouvelle logique du paraître. Les hommes adoptent le pourpoint, vêtement ajusté, boutonné devant, cintré à la taille, s’arrêtant en haut des cuisses et maintenu par une ceinture brodée. Celui-ci est porté sur une chemise et des braies courtes. Un manteau de forme rectangulaire ou parfois arrondie complète la tenue. La fourrure se porte au masculin comme un des signes de prospérité.  Les croisés ramènent de nouvelles étoffes et de nouveaux procédés de teinture. Soies, fourrures et riches étoffes habillent les nobles, alors que la tenue des paysans est confectionnée dans des tissus plus grossiers. S’il n’est pas possible aux femmes de dévoiler leurs jambes, les pièces de la robe à garnement sont plus ajustées sur les bras et le buste et le décolleté est plus marqué et dévoile les épaules. A la fin du siècle, tous portent la houppelande (Voir Clin d’œil N°3), confortable manteau sans manches, ouverte devant et portée ceinturée chez les hommes, fermée devant chez les femmes.

Au XV°, la Renaissance italienne influence la mode. Les costumes, particulièrement élégants, sont taillés dans des tissus richement brodés : soieries, damas, brocard, etc. La garde-robe se divise horizontalement : on porte un vêtement en haut et un en bas, en soulignant les formes, tant masculines que féminines. L’homme porte le pourpoint, des chausses souvent bicolores (chaque jambe d’une couleur) et des poulaines. La femme s’habille d’un corsage aux coutures cintrées et d’une jupe, allongée par une traîne. Elle se coiffe d’un hennin, chapeau en forme de cône, qui peut atteindre des hauteurs démesurées.

 

1.1.1.     Au XVI°

A partir du XVI°, le phénomène de mode s’accentue grâce à l’augmentation des communications qui transportent avec elles les modes dans toutes les Cours européennes. A cette époque, le costume est raffiné et luxueux, afin d’amplifier la beauté de celui qui le porte. La Cour donnant les tendances, ce sont les nobles qui suivent la mode. Chez les hommes et chez les femmes, la chemise blanche devient une marque de richesse. Pour la montrer, on pratique des ouvertures dans le vêtement de dessus (crevées ou taillades). De plus, on en décore les poignets et le col de dentelle. Les manches sont souvent amovibles, ce qui permet de créer plusieurs tenues (Voir Clin d’œil N°4). Vers 1580, la fraise (ou collerette), sorte de col plissé, tuyauté et amidonné est très à la mode et devient de plus en plus volumineuse au cours de siècle. C’est à cette époque que les chausses masculines se différencient en haut-de-chausses, partie qui couvre les cuisses, et en bas-de-chausses (ou bas), partie qui couvre le bas des jambes. Par contre, les chausses féminines restent d’une seule pièce. Les bas sont taillés dans du drap, du lin, de la laine ou encore de la soie et sont de couleurs variées. Les bas tricotés apparaissent au milieu du siècle et sont portés par toutes les personnes aisées à la fin du siècle. Quant aux paysans, ils portent une grosse chemise de taille, une veste, des braies, un bonnet en hiver, un chapeau de jonc en été. La fin du siècle est marquée par deux innovations en matière de vêtement féminin : le corset qui affine la taille, écrase la poitrine et donne au buste une forme conique ; le vertugadin (Voir Clin d’œil N°5), jupon raidi, cerclé de bois ou de fil de fer, avec un bourrelet qui arrondit les hanches et fait ressortir la taille.

Entre les règnes de François 1er et d’Henri IV, onze édits somptuaires tentent d’enrayer le phénomène de surenchère en matière de mode vestimentaire et de contraindre les bourgeois à plus de modestie. Ils spécifient les tissus qui doivent être portés, prohibent dentelles et ornements en or et en argent et interdisent le velours aux laboureurs et aux gens de basse condition. Ils sont cependant rarement suivis, les bourgeois préférant payer des amendes plutôt que de se plier aux interdits.

 

1.1.2.     Au XVII°

Au XVII°, la mode a but principal de conserver les différences de classes. Sous le règne de Louis XIII, la pompe espagnole domine après le mariage du roi. Les élégants remplacent la fraise par le jabot, immense col carré plat, brodé de dentelle. Le roi, soucieux de dissimuler sa calvitie, met à la mode la perruque. A la cour du Roi-Soleil, la mode n’échappe pas à l’étiquette et Louis XIV donne le ton. Les costumes féminins et masculins sont coupés dans des soieries de plus en plus précieuses. Le jabot est remplacé par des lavallières, foulards de dentelles inventés par Louise de Lavallière, première favorite du roi, puis par des cravates inspirées par le foulard des mercenaires croates. Les hommes portent : une brassière ; une chemise blousante ; la rhingrave, culotte large à l’apparence de jupe, ornée de volants, de dentelles et de très longs rubans, qui est supplantée, à la fin du siècle, par le justaucorps ; des chaussures à talons rouges agrémentées de nœuds ; une perruque et un chapeau plat, garni de plumes d’autruche. Les femmes ont des tenues bien moins maniérées et ornementées : : un corsage baleiné à manches courtes et au décolleté élargi jusqu’aux épaules ; un col en four, appelé « petit four aux puces », car on pense qu’il est destiné à attirer les insectes ; le vertugadin dont le bourrelet est remplacé par un plateau en forme de tambour ou de roue pour permettre à la robe de s’étaler ; un masque ou un voile pour se protéger le visage. A la fin du règne de Louis XIV, le devant des robes s’orne d’applications réalisées dans des tissus colorés appelés prétintailles et les premières « mouches » apparaissent sur le visage des femmes.  La mode française rayonne alors dans toute l’Europe. A la recherche d’élégance de la Cour s’oppose le costume des paysans, fait de mauvais draps de laine.

 

1.1.3.     Au XVIII°

Au XVIII°, la mode a pour fonction essentielle de théâtraliser la hiérarchie sociale. Le rang social est déterminé par les vêtements. Les habits ont une double fonction : la distinction parmi la même classe et l’éloignement physique des autres classes. La Cour de France constitue toujours un phare en matière de mode. Les femmes commencent à rivaliser d’élégance avec les hommes, dont la mode se fait un peu plus discrète qu’au XVII°. Ceux-ci portent l’habit à la française, aux couleurs vives et luxueusement brodé, (fils d’or, d’argent et de soie, sequins), composé d’une veste ou habit, d’un gilet, pièce d’apparat la plus importante et d’une culotte. En dessous de cet habit, ils portent une chemise blanche, un jabot et des bas de soie. C’est la mode des cheveux et des perruques poudrées de craie ou de farine. Quant aux femmes, elles disposent de plusieurs styles de robe, mais, c’est la robe à la française qui triomphe jusqu’à la Révolution, à la cour et dans toute l’Europe, robe à paniers dont les armatures peuvent atteindre jusqu’à cinq mètres et dont le bustier très ajusté est fermé dans le dos. Elles portent aussi la robe volante, la plus prisée au début du siècle, composée d’un corsage à plis larges tombant des épaules jusqu’au sol et d’un jupon rond, mais indécente pour paraître à la Cour. Elles portent des coiffures atteignant des hauteurs vertigineuses.

Mais, le raffinement et la simplicité finissent par triompher. En effet, à partir du milieu du siècle, la vague d’anglophilie, relayée par les idées de certains philosophes comme Jean-Jacques Rousseau, prône un idéal de vie plus simple et plus proche de la nature. L’influence anglaise est alors très importante en matière d’habillement. Les hommes portent la redingote à la lévite, munie de revers boutonnés de trois collets superposés, puis la lévite à l’anglaisequi s’accompagne d’une culotte de peau et de longues bottes à revers et le frac à l’anglaise entièrement boutonné, taillés dans un tissu de couleur unie. Ils reviennent à des coiffures naturelles et portent leurs cheveux crêpés et bouclés. Pour les femmes, à partir de 1770, apparaît la robe à l’anglaise, qui peut être portée en plein air. C’est une robe au corsage ajusté, aux coutures baleinées dans le dos, à manches collantes longues ou mi- longues, au large décolleté et fermé sur le devant du buste par des crochets ou un laçage. La jupe, à petits plis est légèrement gonflée par un rembourrage matelassé, appelé « le cul de Paris » et se termine par une traine à l’arrière. Cette robe est portée avec un nouvel accessoire, le fichu, pour cacher un décolleté un peu trop osé. La manière de le porter bouffant sur la poitrine est la plus courante vers 1780 et est alors appelée « fichu menteur », car elle fait souvent passer la poitrine pour plus généreuse qu’elle n’est. Les femmes portent aussi ; la robe à la polonaise, variante de la robe à a française, très en vogue de 1776 à 1787, dont les manches sont « en sabot » et garnies d’un brassard d’où pendent des dentelles et dont la jupe se compose de trois volants (les ailes et la queue) posés sur des paniers circulaires ;  la robe à la circassienne, variante de la robe à la polonaise, dont les manches sont très courtes et en entonnoir descendant jusqu’à la saignée des bras ou jusqu’aux poignets et ornées de manchettes.

Sous le règne de Louis XVI (1774-1792), la reine Marie-Antoinette et sa marchande de modes, Rose Bertin, exerce une influence majeure en France et sur l’Europe entière. Au début, la reine adopte la tendance des toilettes luxueuses du règne de Louis XV : immenses robes à paniers couvertes de falbalas, de pierreries, de perles et même de diamants. Mais, vers 1780, elle revient elle-aussi à la simplicité, en adoptant la robe à l’anglaise et la robe dite en Gaulle, robe légère, en soie, mousseline, percale ou taffetas, tombant droit, attachée à la taille par un ruban et très décolletée. Elle apprécie particulièrement la chemise en mousseline blanche, style baptisé « chemise de la reine » en 1775 et aime se vêtir d’une simple robe de coton et d’un chapeau de paille. Le mouvement vers la simplicité s’accentue donc, puisque c’est elle qui lance la mode : plus de robes à riches garnitures, plus de paniers, plus de manchettes à trois rangs, plus de traines, plus de folles coiffures.

La révolution entraîne des changements importants. Les vêtements abhorrent plus de simplicité et les tissus sont plus légers. Avec les sans-culottes, le vêtement prend une signification politique et pervertit les codes vestimentaires de l’Ancien régime.  Le « sans-culotte » s’habille d’un pantalon, retenu avec des bretelles, qui remplace la culotte, d’une veste courte appelée la carmagnole, d’un foulard et d’un bonnet rouge ou d’un tricorne avec cocarde et des sabots lourds.  Les hommes portent les cheveux courts. Nobles et roturiers se contentent d’un costume à l’anglaise sans luxe ni ostentation, composé d’une redingote ouverte par devant, d’un gilet et d’une longue culotte collante ou d’un pantalon. La jeunesse s’habille de manière provocante. Les élégants sont appelés les Muscadins à la chute de Robespierre, les Incroyables et les Merveilleusessous le Directoire. Les Incroyables portent des habits à pans carrés et les élégantes de longues robes près du corps, largement décolletées et à la taille haute marquée par un ruban appelée la ceinture-à-la-victime. Elles tiennent à la main un petit sac, le réticule. La loi du 8 brumaire de l’an 2 proclame la liberté de s’habiller comme on le souhaite, préfigurant ainsi la démocratisation dans l’habillement.

 

1.1.4.     Au XIX°

Au XIX°, la mode a toujours pour fonction de théâtraliser la hiérarchie sociale. Autant de régimes politiques, autant de variations de la mode. Après la Terreur, en 1794, la mode opte pour un style inspiré de l’Antiquité. Sous le Premier Empire (1804-1814), la mode féminine se transforme complètement en se débarrassant du corset. La préférence est donnée, à l’imitation de Marie-Antoinette, à la fine robe de coton, blanche et presque transparente, avec peu de vêtements en dessous. Cette robe évolue progressivement vers les formes raffinées et géométriques de l’antiquité gréco-romaine. Elle est agrémentée de châles en cachemire et de longs gants. On reprend aussi les vêtements d’extérieur anglais : le spencer court et la redingote. Les vêtements de cour sont ceux de l’Ancien régime, mais adapté à la nouvelle silhouette. Le manteau de cour est alors très à la mode. Cette mode est très influencée par les uniformes de l’armée napoléonienne. D’autre part, Napoléon impose que tous les vêtements de Cour soient en soie, afin de relancer la production de soie de lyonnaise.

Bien que, dans le domaine masculin, la mode aille vers la réduction du costume, le raffinement de la mise est encore important pendant les années romantiques. Dans le domaine de la mode féminine, celles-ci se sont graduellement démarquées de la simplicité du début du siècle pour atteindre une grande recherche : affinement de la taille avec le retour du corset ; élargissement de la jupe avec l’apparition de la crinoline (Voir Le Saviez-vous ? N°1) ; avènement de manches tombantes révélant les épaules ; finesse et fluidité des dentelles ; quasi-transparence du linge ; ajout de fleurs naturelles, de plumes et de bijoux ; etc.

A partir du milieu du XIX°, la mode commence à se diffuser sur tout le territoire français, rendant à peu près uniforme le costume des classes supérieures (aristocratie, bourgeoisie d’affaires, professions libérales et administratives). Sous le Second Empire (1852-1870), la mode est lancée par l’impératrice Eugénie de Montijo. C’est à cette époque qu’apparaissent la nouvelle position ostentatoire féminine, la réduction de la mode masculine, l’harmonie des couleurs et que cesse de se faire la scission sociale par le vêtement.

La Belle Epoque, se caractérise par la recherche de fluidité. La crinoline est remplacée par la tournure (Voir Le Saviez-vous ? N°1). La jupe perd de son ampleur en n’étant plus soutenue que par des jupons non rigides, mais s’allonge dans le dos. La taille reste fine et les hanches sont mises en valeur. La poitrine est remontée pour pigeonner tout en s’aplatissant. Par contre, les manches deviennent de plus en plus volumineuses pour aboutir aux manches gigot surdimensionnées de la fin de siècle. Les corsages ont des cols très hauts remontant jusqu’au menton dans les tenues de jour, alors que les robes de soirées sont très décolletées. Le costume masculin, d’une grande sobriété, se compose d’un pantalon, d’une redingote droite et d’un gilet croisé. Les hommes portent le haut-de-forme et les femmes de coquets chapeaux particulièrement sophistiqués, ornés de dentelles, de plumes ou de fleurs.

 

1.2.     L’histoire des métiers de la couture et de la mode en France

Avant la Révolution industrielle et le développement de la confection au XIX°, le vêtement des plus modestes est souvent le résultat du travail à domicile des femmes et des enfants ou est récupéré chez les fripiers. Les plus aisés ont recours au vêtement sur mesure et s’adressent alors à des tailleurs ou à des couturières. 

 

1.2.1.     Les tailleurs et les couturières

Depuis le Moyen Age, le corps marchand des drapiers est organisé en corporation. Celle-ci comprend le corps de métiers des tailleursqui confectionnent les vêtements masculins et féminins. Au fil de l’évolution de la mode, leurs statuts changent et les tailleurs se retrouvent sous différentes désignations :  Tailleurs de Robes (1293), Maîtres Tailleurs Pourpointiers (1323) et Maîtres Chaussetiers (1346), Maîtres tailleurs d’habits (1588). Ces derniers coupent les vêtements, tandis que leur couture est donnée aux ouvriers-couseurs (appelés encore valets-couturiers ou couturiers) et aux couturières, simples exécutants sous leur autorité. Ils font valoir leurs droits à grand renfort de plaintes, amendes et autres saisies, pour éradiquer l’activité clandestine des couturières et celles des fripiers qui ont le droit de retoucher les vieux habits. On compte des tailleurs célèbres comme : Barthélemy de Laffemas, tailleur-valet du futur Henri IV, qui devient un grand économiste sous son règne ; Maître Boulay, auteur d’un in-folio, Le Tailleur sincère (1671) ; Langlée, le préféré de Mme de Sévigné et de Mme de Montespan ; Gaultier, maître-tailleur inventeur de la couleur « prince » (1678). Mais, les tailleurs n’ont pas de boutiques à eux : ils travaillent à domicile.

En 1675, les couturières envoient une pétition au roi Louis XIV, afin d’obtenir leur indépendance. Celui-ci accepte et crée un corps de métier, distinct de celui des tailleurs, pour la couture des vêtements féminins, sous le nom de Maîtresses couturières. Ceux-ci, mécontents, obtiennent de conserver la fabrication du corps de la robe (c’est-à-dire le corsage), privilège qu’ils perdent en 1781. Dès lors, les couturières peuvent fabriquer et vendre les différentes composantes de la robe, à la commande et sur mesure. Mais, elles n’ont pas le droit de faire le commerce des étoffes, réservé aux magasins de nouveautés qui leur fournissent. Certaines couturières deviennent alors célèbres : Mme Villeneuve, Mme Rémond, Mme Prévost, Mme Charpentier et surtout Mme Gautier. Elles travaillent en chambre ou tiennent boutique (vers la fin du XVIII°).  Mais, elles sont rapidement éclipsées par les marchandes de mode. Alors qu’elles prennent leur revanche après la chute de l’Empire, elles sont de nouveau menacées, et ce, par l’industrie de la confection. Avec l’arrivée de la machine à coudre (1830), les utilisatrices sont appelées couturières mécaniciennes.

A partir du XIX°, suite au développement de la confection, le métier de tailleur est marginalisé et appartient, pour l’essentiel, à l’industrie de luxe. Le tailleur Alexis Lavigne, tailleur amazonier de l’impératrice Eugénie, à la tête de deux maisons de couture (la deuxième étant consacrée à la clientèle féminine, 1854), ouvre une école de couture (Lavigne en 1841, qui devient Guerre-Lavigne, puis ESMOD) où il enseigne la coupe, édite des méthodes de travail pour tailleurs (dès 1841) en anglais et en français, invente divers procédés pour la couture (buste mannequin, mètre-ruban imperméabilisé, etc.) et crée la première fondation des tailleurs français. Prenant une part active dans la révolution industrielle, qui fait de Paris la plaque tournante de la Mode, il pose les bases du prêt-à-porter (Voir Le Saviez-vous ? N°2).

 

1.2.2.     Les marchandes de mode

Depuis le Moyen Age, un autre corps marchand est organisé en corporation : celui des merciers. Ceux-ci font le commerce de toiles, de rubans, de dentelles, de mousselines, de fils, etc. Dans cette corporation, apparaissent dès la fin du XVII°, les marchandes de modes(appelées faiseuses de mode ou modistes, à partir de 1770), créatrices pour la toilette féminine. Elles ne fabriquent rien, mais ornent les vêtements féminins (robes, chapeaux, bonnets, etc.) avec différentes fournitures vendues par les merciers. Elles acquièrent très vite une grande influence, car elles lancent des tendances, comme Mlle Guérin. Mais, elles ne peuvent pas vraiment changer la mode qui reste l’apanage de la Cour. En 1776, elles obtiennent le droit de sortir de la corporation des merciers et de former un corps à part, avec les plumassiers et les fleuristes.  Elles ont alors leurs propres stocks de fournitures, emploient des couturières et tiennent boutique. Une des plus talentueuses, Mlle Alexandre, ouvre sa boutique sous le règne de Louis XV et atteint une grande réputation à la Cour, mais elle est menée à la faillite, par la concurrence de Rose Bertin 1747-1813), devenue la modiste attitrée de Marie-Antoinette. Appelée le « ministre des modes » par Louis XVI, celle-ci brise le monopole des corporations en fabriquant, dans ses ateliers, toutes sortes d’accessoires ou de vêtements et change considérablement le costume de Cour. Elle accueille ses clientes dans son somptueux magasin de nouveautés, Au grand Mongol (1770). Sous son impulsion créatrice, la couture française explose de diversité et d’invention : coiffure à la belle poule, pouf aux sentiments, chapeau feu l’Opéra, à la Montgolfier ou à la Philadelphie.

Au lendemain de la Révolution, les marchandes de mode sont durement touchées par la ruine de la noblesse. Si ce métier est jusqu’alors plutôt un métier féminin, un homme, Louis Hippolyte Leroy, s’y impose. C’est lui qui dicte la mode de l’imitation de l’Antiquité. Associé à la célèbre couturière Madame Raimbaud, il devient le « grand régisseur des modes impériales ». C’est lui qui obtient la commande des costumes pour le sacre de Joséphine de Beauharnais. Homme sans scrupule et opportuniste, il congédie son associée tout en gardant ses patrons et ses couturières, débauche le personnel confirmé de ses concurrents, produit des factures faramineuses et conquiert tous les régimes. Ses robes « Empire » entraînent le déclin de Rose Bertin. Les marchandes de modes disparaissent alors au profit des couturières.

1.2.3.     Les couturiers ou grands couturiers

Jusqu’au Second Empire, le tailleur travaille dans l’ombre, caché derrière les dames qui portent ses créations. Mais, à partir de cette époque, il apparaît sur le devant de la scène, grâce à un jeune tailleur (le mot « couturier » n’est employé, pour la première fois, qu’en 1870) d’origine anglaise, Charles Frederick Worth (1826-1895), qui s’installe à Paris. Il entre comme commis dans la maison de nouveautés Gagelin-Opigez en 1846 et lui fait connaître un essor sans précédent. D’autre part, il gagne une belle renommée, lors des Expositions universelles. En 1858, il s’associe avec Gustave Bodergh et ouvre sa propre maison de couture. Introduit à la Cour par la princesse de Metternich, il s’attire un public d’élégantes et d’élégants, demandeurs de toilettes riches et originales. Puis, il obtient la faveur de l’Impératrice Eugénie, ce qui lui accorde définitivement une clientèle issue de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie. Innovant et original, il fait évoluer le vêtement en remplaçant la crinoline par la tournure et introduit de nouvelles pratiques commerciales : le défilé de mode sur mannequin vivant et le concept de « collection ». En 1868, il crée une Chambre syndicale de la confection et de la couture pour dames et fillettes, destinée à protéger ses membres contre les copies et mentionnant clairement la différence entre couture et confection.

Ce n’est plus la Cour qui fait la mode, mais le couturier (ou grand couturier), créateur de modèles de toilettes féminines originales, directeur d’une maison dite de haute couture. Celui-ci n’est plus un artisan au service de ses clients, mais fait partie de leur monde et y cherche une légitimité. Il s’impose comme un « artiste de luxe ». Bien que Worth ne soit pas le premier et le seul à œuvrer dans le monde de la haute couture parisienne, il en est considéré comme le père. A la fin du XIX°, les couturiers les plus renommés sont : Jacques Doucet (1853-1929), célèbre pour habiller les artistes comme Réjane, Sarah Bernhardt ou La Belle Otéro ; Georges Doeuillet (1865-1929), directeur commercial de la maison Sœurs Callot et fondateur de sa propre maison (1900) ; Louise Chéruit (1866-1955), fondatrice, avec son amie couturière Marie Huet, de la maison Huet-Chéruit (1898) et à la tête de la maison Chéruit fondée par son mari (1902) ; Jeanne Lanvin (1867-1946) qui ouvre son premier magasin de mode en 1885 et sa première boutique en 1889 ; les quatre sœurs Callot qui ouvrent leur maison de haute couture, Sœurs Callot, en 1895 ; Jeanne Paquin (1869-1936) qui ouvre sa maison de couture en 1891. La Haute Couture française fait officiellement son entrée à l’exposition universelle de 1900. Madeleine Vionnet (1876-1975) et Paul Poiret (1879-1944) sont les pionniers de l’émancipation féminine en supprimant le corset en 1906.

1.2.4.     Les employés de la confection

S’inspirant des méthodes servant à la réalisation des uniformes militaires, la fabrication en série de vêtements de ville apparaît au XVIII°, mais prend vraiment son essor au XIX°. En effet, pendant tout ce siècle, la révolution industrielle fait converger vers les villes toute une population nouvelle, créant d’importants besoins vestimentaires auxquels s’efforcent de répondre les secteurs du textile et de l’habillement. La confection se met alors en place pour produire des vêtements bourgeois, d’une qualité égale ou supérieure à ceux des tailleurs et des couturières, mais moins chers. Les premiers industriels de l’habillement standardisent peu à peu les méthodes de travail qui reposent sur la division des tâches : travail sur machines à coudre dans de petits ateliers et travail manuel à domicile. Les couturières, qui faute d’argent ne peuvent pas s’acheter de machine à coudre, retrouvent alors du travail, mais il s'agit d'un travail parcellisé, coupé de longues périodes de chômage saisonnier et d'autant plus mal payé qu'une concurrence sauvage les oppose aux petits ateliers. Dans les ateliers de confection, travaillent hommes et femmes, les hommes étant les plus nombreux.

 

1.3.     L’histoire du commerce du vêtement en France

Le commerce du vêtement se développe depuis le Moyen-Age, faisant l’objet d’une activité diverse, effectuée par différentes professions. L’acquisition d’un vêtement passe par plusieurs étapes : l’achat de l’étoffe chez le drapier, l’achat des articles de passementerie et autres accessoires chez le mercier ou chez la marchande de modes et enfin la couture chez un tailleur ou une couturière. Mais, au XIX°, à ce circuit corporatiste (circuit fragmenté), s’oppose un autre circuit : celui des magasins de nouveautés et des grands magasins, où l’on peut acheter, à la fois, les étoffes, les accessoires et même le vêtement confectionné.

 

1.3.1.     Le circuit corporatiste

Les drapiers constituent l’un des sept grands corps de métiers du Moyen Age. Ils sont à la fois fabricants et marchands de draps, c’est-à-dire d’étoffes de laine tissée. Pour ce faire, ils achètent le tissu grossier auprès des tisserands et le transforment en produit fini. Par la suite, les étoffes, vendues dans leur draperie, se diversifient : drap de soie, drap « zéphyr », drap d’argent ou drap d’or. Au début du XIX°, les drapiers sont nombreux et sont installés dans les passages et les galeries parisiennes. Tout au long du siècle, ils essaient de se maintenir, en prônant la qualité de leur produit.

Les merciers constituent eux-aussi l’un des sept grands corps de métiers du Moyen Age. Ils font le négoce des marchandises produites par les autres métiers ou importées. Ils sont soit ambulants, soit sédentaires. Parmi les divers commerces auxquels ils se livrent, figure celui des articles de couture (« menue mercerie »). Au XII°, apparaît la mercerie, commerce de l’ensemble des articles servant à la couture, à la fabrication de vêtements et aux ouvrages et aux travaux dits « de dames » : passementeries, fils, rubans, dentelles, etc. Au XVIII°, la corporation des merciers s’unit à celle des drapiers (1703) et obtient le droit de fabriquer certaines marchandises (orfrois, broderies). Au début du XIX°, les merciers sont nombreux et sont aussi installés dans les passages et les galeries parisiennes. Si les merceries se maintiennent tout au long du XIX°, elles sont assimilées à une forme de commerce dépassée.

 

1.3.2.     Le circuit moderne

Dès la fin du XVIII°, les magasins de nouveautés s’opposent au circuit corporatiste. En effet, parmi les nouveautés, l’habillement et les accessoires ont une place privilégiée. Ces magasins vendent à la fois des étoffes de tous genres (soie, laine, mérinos, calicot, etc.) et des articles de mercerie, en les proposant à des prix moins élevés. Sous la Restauration, le développement de la confection devient l’un de leurs atouts majeurs. Ils deviennent de véritables entreprises, inaugurant de nouveaux liens avec la clientèle : espace ouvert sur la rue, soin apporté aux vitrines, aménagement en rayons (ou comptoirs), libre circulation dans les rayons, prix fixes affichés, possibilité de toucher la marchandise à son gré, etc.  Ils font produire des vêtements à la mode qui s’inspirent de la Haute couture et qui sont financièrement plus accessibles.

Aristide Boucicaut, marchand de bonneterie ambulant, s’installe à Paris en 1834 et entre comme vendeur dans le magasin de nouveautés, Au Petit Saint-Thomas.  Alors qu’il devient chef du rayon châles, il se trouve remercié, suite à la faillite du magasin. Il est alors embauché dans le magasin de nouveautés, Au Bon marché (fondé en 1824), dont il prend la direction en 1854. En 1869, il le métamorphose en un somptueux temple de 50000 m2 et en fait le premier Grand Magasin. Il y vend non seulement des objets, mais le désir d’acheter lui-même. Il développe l’usage des prix fixes et affichés, le concept du client-roi, le principe du rendu de la marchandise, la politique des bas prix et des soldes et le recours systématique à la publicité. Il offre, à sa clientèle qui peut circuler librement sans obligation d’achat, de nombreux agréments : ascenseurs, buffet et journaux gratuits, menus cadeaux, livraison à domicile, etc. Il ouvre la voie à d’autres figures audacieuses et visionnaires : Alfred Chauffard fonde les Grands magasins du Louvre (1855) ; Xavier Ruel crée son premier magasin Le Bazar Napoléon (1855) qui devient Le Bazar de l’hôtel de Ville (1870) ; Jules Jaluzot ouvre Au Printemps (1865) ; Ernest Cognacq crée La Samaritaine (1870) qui devient les Grands Magasins de la Samaritaine (1900) ; Georges Gérault érige Au pauvre Diable en grand magasin (1875) ; Théophile Bader et Alphonse Kahn fondent les Galeries Lafayette (1894). Ces Grands magasins vendent vêtements, porcelaines, faïences, literie, jouets, etc., et mettent les nouveautés à la portée de toutes les bourses. Par exemple, Les Grands magasins du Louvre s’adressent aux plus aisés, La Samaritaine vise plutôt une clientèle populaire et Au Printemps attire les jeunes gens de la petite et moyenne bourgeoisie. Ils participent au développement de la confection, en proposant des confections en vestes, manteaux, robes et costumes et des vêtements mi confectionnés que les clientes doivent mettre elles-mêmes à leur mesure.

Dans ce monde du commerce du vêtement, apparaît une figure incontournable au XIX° : le calicot (Voir Le Saviez-vous ? N°3), jeune commis-vendeur dans les multiples commerces de la confection qui vont des petites boutiques d’étoffes et de nouveautés aux Grands magasins.

En réaction à la démocratisation du costume et de la mode, l’aristocratie se tourne vers la Haute couture qui se développe dans les ateliers des grands couturiers. Si les étapes de la confection d’un vêtement sont les mêmes que chez les tailleurs ou les couturières, les tissus utilisés sont beaucoup plus précieux et surtout le couturier, devenu un artiste, cherche à créer des pièces extraordinaires qui ont pour objectif de faire briller dans la vie mondaine celui ou celle qui les porte. A la fin du XIX°, tous les grands couturiers ont leur maison de couture.

Au XIX°, grâce aux Grands magasins, la confection s’ouvre à un large public et non plus seulement à la bourgeoisie qui fréquente les magasins de nouveautés ou encore à la clientèle d’élite que connaissent les grandes couturières et les grands tailleurs. Mais, si les formes et parfois les tissus élégants se retrouvent dans ces deux types de commerce, une différence primordiale demeure : celle de la signature du vêtement, la marque particulière de la maison renommée. La confection industrielle ne se confond pas avec la confection propre à une maison. Les deux types de commerce conservent leur identité et leur propre clientèle. Ainsi, le privilège de l’élégance ne se démocratie-t-il pas totalement par le biais de l’industrialisation et la naissance des Grands Magasins. Dans le courant des années 1950, le mot confection est remplacé par le mot prêt-à-porter, calqué sur l’anglais ready-to-wear.

 

1.4.     La diffusion de la mode vestimentaire en France

En France, dès le Moyen Age, c’est la Cour qui lance la mode. La façon de s’habiller de souverains influence toute la noblesse française et même les cours étrangères. Les phénomènes de mode circulent d’abord grâce aux portraits réalisés par de grands peintres, puis grâce aux mannequins de mode, à l’illustration de mode et aux écrits sur la mode.

1.4.1.     Les mannequins

1.4.1.1. Les mannequins (ou poupées) de mode

Dès le XIV°, apparaissent les mannequins de mode, poupées fabriquées en bois et de taille humaine (le mot « poupée » n’apparaît qu’en 1750). Ils sont envoyés aux familles françaises les plus riches et à travers les cours d’Europe, afin de les informer de ce qui se porte à la Cour de France. Philippe IV envoie à sa fille Isabelle, future reine d’Angleterre, une poupée avec son trousseau complet. Henri IV fait de même pour sa future épouse, Marie de Médicis, afin qu’elle se familiarise avec les modes françaises.

Au XVII°, les maisons de couture parisiennes utilisent des mannequins de mode miniatures (en bois articulé, d’environ 60 cm et avec des cheveux humains), appelés pandores. Ces poupées permettent à l’aristocratie de visualiser en petit les modèles ensuite réalisés en taille humaine par les tenants de la haute couture parisienne de l’époque. Elles sont en quelque sorte les parfaites ambassadrices de la mode parisienne, en France et dans toutes les cours d’Europe et d’ailleurs. Elles sont si populaires et si indispensables qu’elles disposent de laissez-passer royaux afin de franchir facilement les frontières, même en temps de guerre. On distingue La grande et la petite Pandore. Jean Bérain, le grand couturier de Louis XIV a utilisé ses propres poupées pour dessiner la base des gravures pour le Mercure Galant, vers la fin des années 1670. Du XVIII° et au XIX°, les marchandes de modes les utilisent aussi pour promouvoir leurs modèles et les montrent dans leurs vitrines. A partir de 1790, les Anglais lancent les poupées de papier, accompagnées d’une garde-robe amovible qui se fixe par des pattes repliables. Bon marché et faciles à envoyer, elles sont cependant fragiles.

Au XIX°, sous le Second Empire, les poupées de mode sont encore utilisées par les maisons de couture pour divulguer leurs créations (Voir Le Saviez-vous ? N°4). Mais, comme, à cette époque, les magazines de modes permettent de diffuser les tendances de la mode, elles ne sont plus destinées aux adultes, mais aux jeux des enfants. Ce sont des poupées adultes à l’image des critères esthétiques idéalisés de l’époque. Appelées alors parisiennes, elles jouent le rôle d’éducatrices des petites filles bourgeoises aux arcanes de la mode. Les plus fortunées peuvent même recevoir en cadeau une poupée avec un trousseau complet, habillée par une grande maison de couture, comme celle de Worth. Les plus modestes tissent les vêtements de leurs poupées lors de leurs exercices de couture. Les patrons se trouvent dans les revues comme La Poupée modèle. La couturière de la famille réalise souvent, pour la petite fille, une réplique miniature de la nouvelle toilette de la mère.

Enfin, à la Belle Epoque, les couturiers rivalisent de raffinement pour l’égérie du tout Paris, la belle duchesse Camille de Broglie, devenue un vecteur de mode. Pour arrêter leurs collections, ils lui présentent des poupées mannequins en cire, coulée sur une armature métallique. Celles-ci acquièrent très vite une dimension décorative sans précédent, grâce à des fabricants comme les demoiselles Daussat, sous la marque Lafitte-Désirat, à partir de 1901.

 

1.4.1.2. Les mannequins vivants

Au XVIII°, la modiste Rose Bertin utilise des « essayeuses ». Celles-ci sont considérées comme les premiers mannequins vivants. Au XIX°, lorsque le grand couturier Worth veut faire connaître ses réalisations, il décide de recourir à des jeunes femmes qui portent ses toilettes, les mettent en valeur, défilent devant la cliente sans jamais prononcer la moindre parole, et multiplient les allers-retours pour les faire valoir. La première à défiler ainsi est Marie Vernet, vendeuse dans une boutique parisienne qui devient son épouse. Elle porte partout les créations de son mari : aux courses et lors des évènements mondains. D’autres couturiers jouent le même jeu et y envoient des dames habillées de leurs créations, comme enseigne publicitaire. En effet, cette pratique est importante, car les chroniqueurs de mode se pressent à ces évènements et en dégagent les tendances de la mode.

Les jeunes femmes qui défilent dans les maisons de couture sont alors appelées sosies, car elles doivent ressembler aux clientes (même corpulence, même taille). Leur activité jugée déshonorante, est réservée aux classes populaires. En effet, elle est assimilée à de la prostitution, car elle consiste à vivre de son corps contre un salaire. 

Au début du XX°, Jeanne Paquin invente les défilés de mode. Le mot mannequin (1907) est alors utilisé pour désigner une jeune femme portant les créations d’un couturier en public.

 

1.4.2.     L’illustration de mode

L’illustration de mode est l’activité artistique consistant à représenter des vêtements sur divers supports, afin de diffuser la mode vestimentaire. Elle a été le principal outil de diffusion des modes parisiennes en province et à l’étranger pendant plusieurs siècles.

1.4.2.1. Les gravures de mode

L’illustration de mode, constituée de gravures ou d’eaux fortes (Voir Le Saviez-vous ? N°5), date du XVI°, avec la représentation des costumes de plusieurs pays du monde. A partir du XVII°, apparaissent les premières gravures de mode vendues dans un portfolio :  La Noblesse lorraine (1624) par Jacques Callot (1593-1635) ; Le Jardin de la noblesse (1629), La Noblesse Française à l’Eglise (1629) par Jean de Saint-Igny (1595-1649) ; toutes les gravures classées sous l’appellation « le genre des Bonnart » réalisées par les quatre frères Bonnart (Nicolas : 1637-1718 ; Henri II : 1642-1711 ; Robert : 1652-1733 ; Jean-Baptiste : 1654-1734), par Jean Dieu de Saint-Jean (1655-1695) ou encore par Antoine Trouvain (1652-1708), Nicolas Arnoult (actif de 1674 à 1701), Jean Mariette (1660-1742) et Jean Lepautre (1618-1682) ; Divers costumes français du règne de Louis XIV (1685) de Sébastien Leclerc (1637-1714) ; Dessins de mode Français (1696) et Six Modes Françaises (1704-1708) de Bernart Picart (1673-1733) ; Figures de mode (1710) d’Antoine Watteau (1684-1721). Dès la fin du siècle, les estampes sont souvent embellies par la mise en couleur des planches ou par l’ajout de pièces de tissus. Un véritable engouement traverse toutes les couches de la société pour ces gravures diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la Cour du Roi Soleil.

Après un moment d’éclipse, la gravure connaît son âge d’or sous Louis XVI (fin du XVIII°) et c’est le retour de la gravure de mode : La Galerie des modes et costumes français (1778-1787 par Jacques Esnault (1739-1812) et Michel Rapilly (1740-1790) ; Suite des Nouvelles Modes Françaises depuis 17 jusqu’à ce jourpar Claude-Louis Desrais (1746-1816) ; La Parure des Dames (1780) par Louis-Joseph Mondhare (1734-1799) et Louis-Sébastien Berthet (1750-1812) ; Etude pour les Demoiselles (1783) par Louis-Marin. Bonnet (1743-1793) et Jean-Baptiste Huet (1772-1852). Au XIX°, les gravures sont imprimées en couleur. Après la Révolution, avec l’hégémonie du Journal des dames et des Modes (1797-1839), la gravure décline au profit du dessin de mode au crayon ou à l’aquarelle.

1.4.2.2. Les dessins de mode

L’illustration de mode, constituée de dessins destinés à la publication dans un magazine de mode ou sur une affiche publicitaire, est apparue au début du XIX°. Elle est réalisée par des peintres et dessinateurs, appelés illustrateurs, dont le premier est Giovani Boldani (1842-1931). L’illustration de mode est d’abord très liée au Journal des dames et des Modes (1797-1839) avec des peintres comme Horace Vernet (1789-1863), ainsi qu’à d’autres journaux de mode comme Le Petit Courrier des Dames avec Hyppolite Pauquet (1797-1871) et les sœurs Colin (Héloïse Leloir (1820-1874), Anaïs Toulouse (1822-1899) et Laure Noël (1827-1892)), les trois plus grandes illustratrices de la mode parisienne du milieu du XIX°. Leurs aquarelles sont reproduites dans les journaux à large diffusion comme La Mode illustrée, le Journal des Demoisellesou Le Bon Ton et dans plusieurs magazines internationaux. A partir de 1880, la photographie porte un coup fatal à l’illustration de mode.

 

1.4.3.     Les écrits sur la mode

1.4.3.1. Les rubriques dans les journaux généralistes

Le premier périodique avec des articles illustrés sur la mode est Le Mercure Galant (1672-1825), crée par Jean Donneau de Visé. Ce journal qui traite d’actualité politique, de culture et de littérature et qui n’est pas destiné spécifiquement aux femmes, publie des gravures de modes. En janvier 1678, il sort un numéro spécial et invente « les saisons de la mode » en donnant des informations utiles : couleurs et étoffes à porter, accessoires pour chaque saison. Le Journal de Paris (Poste de Paris ou  Poste du soir), premier quotidien français (1777-1840), fondé par Antoine-Alexis Cadet de VauxJean RomillyOlivier de Corancez et Louis d'Ussieux sur le modèle du London Evening Post, couvre l'actualité littéraire, signale les spectacles du soir, relate quelques faits divers parisiens et des anecdotes sur des personnages en vue et donne des informations concernant la mode. Le journal La Feuille Sans Titre(créé en 1777) prend comme modèle le Journal de Paris et propose, à partir du N°100, dans sa rubrique « Modes », une gravure de coiffure sur buste. Au XIX°, la rubrique « mode » est devenue incontournable pour les journaux généralistes. Les chroniqueurs tiennent les lectrices au courant des nouvelles tendances et des nouveaux lieux où il faut se rendre et donnent des conseils et des astuces (comment cacher ses rondeurs, recycler ses vêtements, etc.).

1.4.3.2. La presse de mode

Les premiers périodiques de mode font leur apparition au XVIII°. Ce sont des cahiers contenant des articles et plusieurs planches de gravures présentant les nouveautés de la mode de Paris pour les diffuser dans toute la France, l’Europe et même les Amériques. Le plus ancien journal de mode est Le Cabinet des Nouvellistes (1728). On trouve ensuite d’autres périodiques : Courrier de la Nouveauté (1758), Journal du goût ou courrier de la mode (1768-1770), Galerie des modes et costumes français (à partir de 1778), Cabinet des modes (1785-1786), Magasin des modes (1786-1789) ; Magasin des modes nouvelles françaises et anglaises (1786) ; le Journal de la mode et du goût (1790), etc. Ils se caractérisent par la légèreté et la liberté du ton employé.

Au XIX°, apparaissent les premiers magazines à fort tirage proposant des gravures de mode : Journal des dames et des modes (1797-1839), journal le plus important de la première moitié du XIX°, créé par La Mésangère ; L’Observateur des modes (1818-1823) ; Petit courrier des dames (1821-1868) ; La Mode (1829-1855) ; Le Follet(1829-1882) ; Le Moniteur de la mode(1843-1913) ; La Mode illustrée(1860-1937) ; Le Petit Echo de la Mode (1880) ; etc. La nouvelle étendue de cette presse, tant quantitativement que géographiquement, est due à un usage de plus en plus grand de la publicité qui réduit le coût du journal. En effet, les maisons de nouveautés, les fabriques de tissus, les merceries, etc., y font paraître leurs annonces, qui sont directement intégrées à la rubrique « Modes ». La montée de la bourgeoisie remet en question la frivolité originelle des journaux féminins. Aussi, ceux du XIX° s’intéressent-ils non seulement à la toilette de la femme bourgeoise, mais aussi à son foyer et à sa famille. Dans la seconde partie du XIX°, apparaissent des magazines de mode s’adressant exclusivement aux femmes : La Mode illustrée(1860-1937) qui offre à ses lectrices des ouvrages de dames ; La Dernière Mode, Gazette du Monde et de la Famille (septembre à décembre 1874), créée par Mallarmé et qui traite de l’élégance féminine ; Le Petit Echo de la Mode (1880-1883), journal féminin et familial ; etc. La fin du XIX° est marquée par l’apparition de plusieurs revues : L’Art et la Mode (1881-1883), qui devient L’Art et la mode, journal de la vie mondaine (1883-1972), La Vie élégante (1882-1883), Vogue (1892), etc. Ainsi, la presse de mode devient-elle au XIX° un outil important de diffusion pour le commerce du vêtement : gravures de mode, dessins de patrons, publicités de maisons de couture, promotions de modistes ou de couturières, annonces d’évènements comme les expositions de marchandises ou les sorties saisonnières de vêtements, etc. C’est la chronique mondaine, présente dans tous ces journaux, qui est le pilier de la publicité du vêtement.

Ajoutons à cette presse de mode : les almanachs, petits livres pouvant se mettre dans une poche, publiés annuellement, qui sont totalement ou partiellement dédiés à la mode, avec des articles et des gravures de la mode du jour (surtout avant La Révolution), comme par exemple L’Almanach de la toilette (1777) ; les catalogues de vente par correspondance des grands magasins.

1.4.3.3. Les ouvrages théoriques

Le Dictionnaire du galant (1690) évoque les lois de la mode contemporaine. La mode se caractérisant alors par sa multiplicité et son renouvellement constant, la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694) mentionne l’expression « esclaves de la mode ». En 1719, on parle des « reines de la mode ». L’Encyclopédie(1751-1772) de Diderot et d’Alembert fournit de nombreuses pages sur la mode.

Dans la première moitié du XIX°, certains écrits, s’inscrivant dans le contexte du prolifique journalisme de mode, connaissent un grand succès :  L’Art de mettre sa cravate en seize leçons (Balzac, 1827), La Physiologie de la toilette (Balzac, 1830), Le Traité de la vie élégante (Balzac, 1830), La Théorie de la démarche (Balzac, 1833), Théorie de l’élégance (Eugène Chapus, 1844), Vie élégante à Paris (Baron de Mortemart de Boisse, 1857), etc.  Le premier remporte un véritable succès d’éducation vestimentaire pour les élégants et est traduit en plusieurs langues.

Le corpus du mois :
  Téléchargez le livre
  • Conte, Andersen 
  • Illusions perdues, Balzac (de) 
  • Eugénie Grandet, Balzac (de)
  • Splendeurs et Misères des Courtisanes, Balzac (de)
  • Le Mariage de Figaro, Beaumarchais
  • Madame Bovary, Flaubert
  • Ruy Blas, Hugo
  • Les Misérables t1: Fantine, Hugo 
  • Les Misérables t2 : Cosette, Hugo
  • Les Misérables t3 : Marius, Hugo
  • Les Misérables t4 : Rue Plumet, Hugo
  • Les Misérables t5 : Jean Valjean, Hugo
  • Le Jeu de l'amour et du hasard, Marivaux
  • Le Bourgeois gentilhomme, Molière 
  • Les Précieuses Ridicules, Molière
  • Contes, Perrault
  • La Petite Fadette, Sand
  • La Curée, Zola
  • Au Bonheur des Dames, Zola

 

Téléchargez tous les extraits (pdf)

Le saviez-vous :
  • Savez-vous ce que sont la crinoline et la tournure ?
  • Savez-vous qui a créé l’école de mode ESMOD ?
  • Savez-vous ce qu’est un calicot ?
  • Savez-vous ce que sont les Sybarites ?
  • Savez-vous ce que sont les gravures et les eaux-fortes ?

 

Téléchargez les saviez-vous (pdf)

Clin d'oeil :
  • Vêtement, habit et costume
  • Les chausses, les bas et les collants
  • L’origine de la houppelande
  • L’expression « C’est pas une paire de manches »
  • L’origine du mot « vertugadin »  

Téléchargez les clins d'oeil (pdf)

Quiz sur le vêtement dans la littérature :

Téléchargez le quiz (pdf)


Imprimer Envoyer Zoomer
Convertisseur F CFP / Euro
F CFP <>
S'abonner à la newsletter :