Connexion à votre espace personnel
 

Quels sont les métiers sous tension ?

Ce n’est qu’un paradoxe apparent : à l’heure où les collectivités territoriales sont sous tension budgétaire, elles doivent embaucher dans certains métiers où les besoins ont du mal à être satisfaits. En premier ligne, les animateurs, les aides-soignants et les professionnels de la petite enfance.

Les besoins en main d’œuvre

La dernière enquête de Pôle emploi sur les besoins en main d’œuvre remonte à 2016. Elle met en relief les métiers les plus recherchés dans les secteurs privés et publics (uniquement les collectivités territoriales et les établissements publics de santé, pas l’Etat). Ce classement est très éclairant puisqu’il identifie les métiers où les postes risquent de ne pas être complètement pourvus. Ainsi, si vous souhaitez devenir agents d’entretien, aides à domicile et aides ménagères, employés polyvalents de cuisine (agents de restauration), aides-soignants (médico-sociaux, auxiliaires de puériculture, assistants médicaux), professionnels de l’animation socio-culturelle (directeurs et animateurs), il y a de fortes chances que vous évitiez de passer par la case « Pôle emploi ».

Secrétaires et artistes recherchés

A l’heure du tout numérique et de la dématérialisation, les compétences des ingénieurs dans l’informatique (recherche & développement, responsables de réseaux, etc.) apparaissent particulièrement recherchées. Il manque aussi de secrétaires dans les bureaux des collectivités territoriales. Sans oublier les artistes (musique, danse, professeurs d’art, etc.), que les mairies sollicitent de plus en plus dans le cadre de la mise en place de l’aménagement des rythmes scolaires. 

Des effectifs en augmentation constante

Malgré la baisse des dotations de l’Etat, les élus locaux entendent encore recruter, notamment dans les secteurs sous tension. Ainsi, d'après la deuxième édition du baromètre RH publié en novembre 2016 par l'Association des maires de France(1) et d'autres représentants des collectivités (ADF, Régions de France, FNCDG, CNFPT…), la part des élus prévoyant d'embaucher en 2017 a même augmentée de cinq points en un an à 23 %. Mais seuls 16% d'entre eux (contre 20% en 2015) justifient ces recrutements par des créations de postes. Le baromètre publie à ce sujet la variation du nombre d'offres d'emploi par métier au regard de laquelle le secteur de la prévention et de la sécurité fait un bond de 22%, révélateur des nouvelles priorités des élus locaux.

Reste à savoir dans quelles proportions les changements de pratiques en matière de ressources humaines des collectivités locales auront un effet sur la maîtrise de l'augmentation des effectifs des fonctionnaires territoriaux et des contractuels, qui n’a pas connu d’interruption depuis des décennies.

 

 

Stéphane Menu, Le Réseau Service Public

 

 

 

(1) Sondage réalisé par CSA qui a interrogé 816 collectivités locales et établissements publics (8 régions, 22 départements, 620 communes, 19 communautés d'agglomération, 147 communautés de communes).

Pour en savoir plus
Réforme territoriale : les impacts sur l'emploi
Réforme territoriale : un impact fort sur l’emploi

Le « big bang » territorial rime avec rationalisation. Résultat : une faible progression des recrutements, sauf dans les intercommunalités. Les effets sont différents selon les types de métiers.


Imprimer Envoyer Zoomer
Convertisseur F CFP / Euro
F CFP <>
S'abonner à la newsletter :